Lettre ouvert concernant le texte "Scandales politiques et corruption: un cocktail indigeste pour les Brésiliens" - Radio Canada

Eh bien, j’ai trouvé trop superficielle l'approche de la journaliste sur la question ( http://ici.radio-canada.ca/emissions/desautels_le_dimanche/2014-2015/chronique.asp?idChronique=379508), cela ne dérange pas de confirmer le nom même de la Fondation Getulio Vargas, un institut qui porte le nom de l'ancien président brésilien responsable de la création de Petrobras, qui, dans sa lettre, lorsque son supposé suicide a dit une fois: « Contre la justice de l'examen du salaire minimum étaient des haines déchaînées. Recherché pour créer la liberté nationale dans la mise en valeur de nos richesses par Petrobras et cela n’a même commencé à fonctionner, la vague de troubles se gonfle. Eletrobrás était sabotée au désespoir. Ils ne veulent pas que le travailleur soit libre. » Source: http://www.sohistoria.com.br/ef2/getulio/p1.php Il n'y a aucune preuve de l'implication de la présidente Dilma Rousseff dans les scandales de corruption de Petrobras, et ce, après plusieurs véhicules de médias avoir essayé, rien n'a pas été prouvé, quoi que ce soit, cependant, il est évident que les véhicules de communication haut de gamme au Brésil, répercussion nationale et voire internationale, sont impliqués dans des scandales majestueuses de l'évasion fiscale et l'évasion de divises (voir l’opération Zélotes de la police fédérale brésilienne = 580 milliards de dollars et le scandale HSBC Brésil = 7 milliards de dollars US) excédant de plus de vingt fois les scandales publiés concernant la Petrobras par l’opération Lava Jato, Ne s’entend mot, concernant les deux scandales en question. Surtout, ces médias, et cela inclut le Grupo Folha (Folha de São Paulo), éditeur Abril (magazine Veja) éditeurs et diffuseurs Globo (TV Globo, journal O Globo et le magazine Epoca) sont impliqués dans une nouvelle tentative de faire tomber le gouvernement vers un coup d’état (Groupe Globo et Abril ont appuyé le coup d'État militaire fasciste de 1964 au Brésil), en essayant contre les institutions démocratiques brésilien, gonflant la population dans une vague de haine contre la hausse des secteurs populistes et de gauche liés au gouvernement et la société civile. Ce que vous voyez maintenant êtes les médias ci-dessus en train d’avoir des successives défaites dans des tribunaux au Brésil, etant ordonné de payer des millions de reais (monnaie brésilienne) en indemnité pour déclaration frauduleuse et de blesser la loi électorale brésilienne, faisant des campagnes politique à faveur de l'opposition contre toutes les obligations légales inhérent aux véhicules de communication au Brésil. Il est également important de noter que le gouvernement actuel de Mme. Dilma Roussef a pensé dans la possibilité d'une régulation des médias au Brésil, donné que la loi des communication au pays reporte à la période de la dictature militaire, dont, tous les droit de presse était supprimés, aussi en raison du fait que tous véhicules de communications et les médias au Brésil ont été offris en cadeau à des amis des dictateurs pendant la période de la dictature militaire fasciste brésilienne, ce qui contredit clairement tous pricipios relatives aux médias dans le concept de démocratie. Je présente mes excuses à étirer le texte, mais il ya beaucoup plus de facteurs à prendre en compte en ce qui concerne le contexte politique actuel du Brésil, qui, depuis le début du deuxième mandat de Mme. Dilma Rousseff, en janvier 2015, a été dans la lutte sans césser contre une opposition qui essaye 24/7 un coup d'Etat et qui fait basculer et blesser les principes et règles démocratiques, en utilisant des méthodes fascistes, crachant au visage et insultants politiques comme le président de la République lors des événements publics (voir le cas de la visite d'Etat au président Barack Obahma). Il est evident que le scénario d'un coup d'Etat compte aussi avec les mêmes médias qui se posent pour faire un vrai spectacle d'horreur, appelant les gens à venir dans les rues demandant le renversement de la présidente de la République, élue avec 52 millions de votes. En plus, c'est important de souligner le rôle que certains opportunistes jouent sur les réseaux sociaux, qui recrutent, jour après jour, les analphabètes politique avec la diffusion du contenu de la haine et la calomnie contre le gouvernement ce qui visait également à renverser le gouvernement démocratiquement élu, ils sont (revoltados on-line, movimento passe livre, etc.) qui comptent sur le soutien financier de l'opposition fasciste comme le parti PSDB. Finalement, je suggère aux amis de Radio Canada, média si appréciée et respectée, certains éditoriales plus fiable dans le contexte de la politique et des réalités économique brésilienne, quel ce soit, Carta Carpital, Pagmatismo Politico et Observatorio da Imprensa et TV Carta. Voulez agréer mes salutations les plus destinguées. Un brésilien!

Comentários

As mais lidas.

Eu vou contar! - Je raconte à tout le monde!

Um carta de noel.